Crise sécuritaire au Burkina: Les députés demandent un prolongement de leur mandat pour résoudre le problème

Face à crise sécuritaire qui secoue le Burkina Faso depuis 2015, plusieurs propositions sont faites et des actions menées sur le terrain pour sortir le pays de cette impasse. Dans le sillage régions à la rencontre des propositions, les députés de l’assemblée nationale burkinabè ont proposé le lundi 06 juillet 2020 un report d’un an des élections législatives 2020 en attendant le résolution du problème d’insécurité.

Le mercredi 08 juillet dernier, la une des médias présentait le président de l’Assemblée nationale remettant un rapport de proposition de solution sur la situation sécuritaire au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Ce rapport serait le résultat d’une concertation  des 127 députés de l’Assemblée nationale réunis le 6 juillet 2020 à huit-clos. La proposition concrète fait état d’un report des législatives 2020 d’une année cependant l’élection présidentiel peut être maintenue à la date du 22 novembre.

Pourquoi une telle proposition ? Est-ce réellement pour aller vers une sortir de crise dont le Burkina est victime depuis des années ? L’évidence est que cette proposition renferme comme on le dit, des « non-dits »  . C’est certainement une manigance pour se maintenir au pouvoir. Sinon comment en un an de plus des députés pourraient résoudre le problème sécuritaire au Burkina Faaso. Une situation face à laquelle les forces de défense et de sécurité, la force barkhane et les volontaires pour la défense restent dans l’impasse.  

Pour nous, il ne s’agit pas là d’une proposition pertinente. Sinon pourquoi c’est maintenant à quatre mois avant les élections que cette proposition est faite alors que des milliers de Burkinabè sont forcés d’abandonner leur terre, où des forces de défenses et de sécurité sont tombées sous les balles des terroristes. La décision  est dite prise en assemblée alors que certains députés se plaignent de la situation. Ce qui démontre un fois que c’est une décision prise par un cercle restreint dans le but de préserver desintérêts individuels.

Cette proposition de l’Assemblée nationale a attiré la colère des citoyens burkinabè. Nous avons pu observer les réactions sur les réseaux sociaux et sur les plateaux de débats. Tous s’accordent pour dire que  c’est   une mauvaise proposition.

L’autre question  que l’on pourrait se poser est de savoir que feront réellement les députés durant la période demandée. Si c’est dans le but de résoudre la crise sécuritaire dans lequel le pays est engouffré pourquoi ne pas aller directement à des propositions concrètes.

Ousséiny DIALLO

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

9 + 6 =