Reprise des cours au Burkina Faso : les élèves connaissent leur sort !

Les activités pédagogiques au Burkina Faso se sont achevées le lundi 1er Juin 2020 sur toute l’étendue de territoire nationale. Selon le ministre Stanislas Ouaro seul les élèves en classe d’examen reprendront le chemin de l’école.

Le ministre en charge de l’éducation nationale Pr Stanislas Ouaro, a annoncé vendredi 29 mai 2020, la reprise des cours pour les élèves en classe d’examen. Les activités pédagogiques qui étaient initialement prévu le 11 mai 2020 pour les élèves des classes d’examen sont maintenant effectives. Cette reprise qui a connu maints reports, est intervenu le 1er juin dernier. Selon le ministre Ouaro, les élèves en classes intermédiaires auront pour  moyenne de passage en classe supérieur, la note la plus élevée au cours des deux premiers trimestres de l’année scolaire. C’est-à-dire que si la moyenne de passage de l’établissement est de 10/20 et que l’élève a eu 08/20 au premier trimestre   et 10/20 au deuxième trimestre  ou l’inverse il considère les 10/20 comme moyenne de passage en classe supérieur. Cela concerne que les élèves de CP2, CE2, 6e, 5e, 4e, 2nd, et 1ere. Cette mesure est accompagnée de la mise en place d’un système de rattrapage des programmes non achevés de l’année scolaire 2019-2020 dès le premier trimestre 2020-2021. Ensuite, les élèves en classes de CP1, CE1 et CM1 passent sans exception. Cette décision est un « ouf » pour d’autres élèves et une peine pour les élèves qui attendaient le troisième trimestre pour valider l’année.

Depuis mars 2020, les élèves du Burkina ont connu un arrêt systématique des cours à cause de la pandémie à coronavirus nouveau covid-19. Le ministre en charge de l’éducation nationale Stanislas Ouaro, par la voix du gouvernement a « coupé » le cœur des élèves en classes intermédiaires. La   décision   pouvait en être autrement. Le gouvernement aurait dû permettre à tous les élèves de reprendre les activités pour un bon niveau. La proposition d’achèvement des cours au premier trimestre 2020-2021, peut impacter négativement le programme scolaire   de l’année prochaine.  

Saffiatou SAVADOGO

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 + 1 =